Liste besoins Communication Non Violente

Communication Non Violente : l’art de résoudre des conflits en trouvant des solutions gagnant/gagnant (la méthode en 4 étapes)12 min read

- Temps approximatif de Lecture : 10 minutes

Bonjour, cher chercheur de bonheur ! Aujourd’hui, nous allons aborder un outil qui m’a réellement changé la vie : la Communication Non Violente (on l’appelle aussi Communication Bienveillante ou Communication respectueuse). C’est une méthode relationnelle de résolution de conflit qui est une approche basée sur la personne, et qui permet donc de trouver des solutions qui comblent les besoins des 2 interlocuteurs.

La Communication Non Violente est tellement efficace qu’elle est la formation la plus demandée pour gérer les relations professionnelles dans les milieux professionnels, comme l’Oréal et Airbus !

Cette méthode en quatre étapes est aussi incroyablement efficace pour résoudre des conflits entre parents et enfants, et va vous aider à améliorer significativement votre intelligence émotionnelle. L’explication par l’exemple.

La petite histoire

Mes parents avaient 2 enfants (moi et mon frère, donc). Lorsque j’avais 6 ans, je courais partout (comme la plupart des enfants) et n’écoutait pas grand chose quand on me disait de me calmer (là aussi, vous avez peut-être un exemple en tête). Mettez vous à ma place : j’ai envie de jouer avec mes parents et j’essaye donc d’interragir avec eux.

Mettez vous ensuite à la place de mes parents : vous avez un gosse qui court partout, qui n’écoute pas ce qu’on lui dit car il est dans son monde et le fait de crier ne sert à rien. Que faites vous ? Quand on ne voit plus de solution, on emploie la force. Non pas qu’ils aiment ça (ça les fait souffrir eux aussi), mais ils ne voyaient pas d’autres solutions. Quel parent – ne connaissant pas la Communication Non Violente – n’a jamais fait ça ?

Quelques mois après, mes parents sont tombés sur le livre « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) », de Marshall Rosenberg, l’inventeur de la Communication Non Violente (que je vous conseille d’ailleurs de lire, si la CNV vous intéresse !). Ils y ont tout de suite vu le potentiel énorme de gestion des conflits, et ont suivi une formation. Je les ai vu ramener des petites pancartes avec des dessins et des mots dessus.

Le début de la fin des conflits

Il y en avait 4. Observation, Sentiments, Besoins, Solutions. C’est alors qu’ils ont essayé de faire fonctionner la Communication Non Violente avec nous (des enfants de 6 ans et de 2 ans).

Depuis, la violence n’existe plus dans notre famille, et personne n’a jamais crié depuis.

Mais vous allez me dire : comment, avec juste ces quelques pancartes, vous avez réussi à bien vous entendre ? C’est la magie de la Communication Non Violente, et je vais vous expliquer comment cela fonctionne, avec ces 4 étapes :

  • Observation (du problème par chaque personne)
  • Sentiments (qu’est ce que ressent chaque personne impliquée)
  • Besoins (quels sont les besoins de chaque personne)
  • Solution

Le principe de la Communication Non Violente est simple : lorsqu’il y a un conflit, c’est qu’il y a un besoin non satisfait (chez une ou plusieurs personnes). Il suffit de le trouver, puis de trouver ensuite une solution pour satisfaire ce besoin.

Première étape de la Communication Non Violente : l’Observation et l’écoute active

La première étape de la Communication Non Violente consiste à décrire et à expliquer ce qu’il s’est passé (c’est aussi la première étape d’un procès : chaque personne dit ce qu’elle a vu).

Lorsqu’il y a un conflit, il a toujours commencé quelque part. Il faut donc se le remémorer. Problème : les méthodes de la CNV étant interpersonnelles, les points de vue des 2 personnes impliquées dans le conflit sont très souvent différents. Chaque personne va donc décrire la situation à tour de rôle.

Reprenons notre exemple, et voyons ce qu’aurait dit chaque « parti ».

Mes parents : « Robin, tu ne nous écoute pas et tu continues à courir et à jouer alors que nous devons rentrer, il se fait tard »

Moi : « Je m’amuse, en plus vous rentrez trop tôt ! Il n’est que 18h30 ! »

Grâce à cette étape, nous voyons que certains détails ne sont pas interprétés de la même façon entre les 2 partis. Pour l’enfant, 18h30 est assez tôt : il ne fait pas encore noir et il peut donc encore s’amuser ». Pour les parents, 18h30 est assez tard. Ils doivent faire à manger, et l’enfant ne doit pas se coucher trop tôt, sinon il sera de mauvaise humeur demain ! Cela nous donne déjà une piste de résolution de conflit 😉

Note : Pour vous aider à vous mettre d’accord sur la situation, si cela engendre un conflit, imaginez qu’une caméra voit la scène, et racontez ce qu’elle observerait. Cela va vous permettre d’avoir une référence où tout le monde est d’accord.

Deuxième étape de la Communication Non Violente : les Sentiments, la partie émotionnelle

Après l’observation, il est important que chaque personne dise ce qu’il ressent et ce qu’il a ressenti avec bienveillance (c’est la deuxième étape de la Communication Non Violente). Cela sert à ensuite trouver plus facilement les besoins des 2 camps. Ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air, car on n’a jamais appris à faire cela.

Le truc dur dans cette étape de la Communication Non Violente, c’est que l’on doit révéler sa vulnérabilité. On doit dire ce qu’on ressent. C’est dur (car la société ne nous a jamais entrainé à faire ça), mais si vous le faites vous résoudrez rapidement les conflits, car vous arriverez à réellement trouver les besoins d’autrui s’ils vous délivrent leurs sentiments.

Attention

Truc hyper important : lorsque vous décrivez vos sentiments, ne faites PAS d' »évaluation masquée.

Je m’explique :

  • Dans un couple, s’il y a un conflit, ne dites pas par exemple « Je me sens incompris ». A cette phrase, on a envie d’ajouter « par » : cela montre que ce ne sont pas des sentiments, mais une opinion subjective. Le conjoint va se sentir offensé, et cela ne va pas vous aider à trouver les besoins non satisfait des personnes. En revanche, dites « Je ressens de l’anxiété », ou « Je me sens irrité ».
  • Si vous dites « Je sens que je n’ai pas d’importance aux yeux de mes collègues », cela ne va pas vraiment aider, car c’est une analyse du comportement d’une autre personne. Dites « je me sens triste, je me sens découragé ».

Pour vous aider, voici 2 questions à vous poser lorsque vous êtes à cette étapes :

Qu’est-ce que j’éprouve ?

Qu’est ce que l’autre éprouve ?

Vous pouvez aussi vous aider de cette liste :

Liste sentiments Communication Non Violente
Liste des sentiments de la Communication Non Violente

Si je continue mon exemple, j’aurais dit que je me sentais triste.

Mes parents auraient dit qu’ils se sentaient épuisés et tristes.

Maintenant que tout le monde a exprimé ses ressentis intimes, nous sommes dans les conditions de pouvoir trouver les besoins des personnes.

Troisième étape de la Communication Non Violente : trouver les Besoins Fondamentaux (et assumer la responsabilité de ses sentiments)

Nous arrivons maintenant à la troisième partie de la Communication Non Violente. Pour résoudre des problèmes, il faut réaliser que nous avons la responsabilité de nos sentiments, puis trouver les besoins de tout le monde pour trouver une solution qui les satisfait. Il nous faut une bonne connaissance de soi, et vous devrez donc faire une introspection, ce qui aide aussi à la gestion des émotions.

Assumer la responsabilité de ses sentiments

Il faut déjà comprendre que les autres ne sont pas la cause de nos émotions. C’est une prise de conscience assez difficile à faire pour la plupart, mais elle est fondamentale. Par exemple, si nous nous sentons irrités, ce n’est pas parce que l’autre nous a énervé, c’est à cause de nous : nous aurions pu ne pas nous énerver.

Lorsque l’autre personne fait un acte, nous avons 4 manières de réagir :

  • Se sentir fautif : nous avons un sentiment de culpabilité et rejetons la faute contre nous même (c’est mauvais pour l’estime de soi)
  • Rejeter la faute sur l’autre : nous avons de la colère et de la rancune contre l’autre (nous ne réglons donc pas le conflit, et il se reproduira certainement dans le futur)
  • Ressentir notre émotions et besoins : nous réfléchissons pour trouver une solution qui nous conviendrait
  • Ressentir les émotions de l’autre : nous réfléchissons pour trouver une solution qui convient à l’autre

Vous l’aurez compris, la Non Violence nous fait allier les 2 dernières réactions, qui sont les meilleures pour que le conflit soit réglé et qu’il ne recommence pas.

Evidemment, les autre peuvent quand même influer, et cela peut nous prendre de l’énergie quand ils font certaines actions qui nous dérangent. C’est pour cela qu’il faut chercher les besoins de chacun.

Trouver ses propres besoins

Une insatisfaction d’un besoin entraîne une frustration.

Pour trouver des solutions, il faut que nous sachions quels sont les besoins non satisfaits des personnes. Une fois que nos besoins seront satisfaits, il n’y aura plus de problème, tout le monde sera heureux.

Mais ce n’est pas si simple que ça, et prendre conscience de ses besoins est même la partie la plus compliquée (mais la plus efficace) de la Communication Non Violente.

Pour ce faire, il faut que vous essayiez de comprendre ce qui a mit l’autre dans cet état grâca à l’expression des sentiments. Une fois que vous aurez compris pourquoi l’autre a eu ces sentiments (que vous n’imaginiez peut être même pas), il faut que chacun réfléchisse à ses besoins qui n’ont pas été satisfaits.

Je vous recommande pour ceci d’utiliser une liste de tous les besoins.

Liste besoins Communication Non Violente
Liste des Besoins de la Communication Non Violente


Pour vous aider à trouver vos besoins, vous pouvez utiliser les sentiments pour vous guider dans les grandes catégories de besoins.

Exemple : si vous aviez un sentiment de peur, cela peut signifier qu’un besoin de sécurité n’est pas satisfait. Ensuite, choisissez un ou plusieurs besoins qui se trouvent dans cete catégorie (ex : protection, réconfort).

Si l’on reprend l’exemple de quand j’étais petit, j’avais besoin de jeu et de contact.

Mes parents, eux, avaient besoin de repos.

Vous pouvez aussi utiliser la pyramide de maslow, qui explique les grands piliers dont ont besoin les Hommes.


Besoins Pyramide de maslow
La Pyramide de Maslow

Une fois que vous avez trouvé vos besoins et compris ceux de l’autre, il ne reste plus qu’à trouver la solution.

Quatrième étape de la Communication Non Violente : trouver puis proposer des solutions

Trouver les solutions

Maintenant que vous connaissez les besoins de tout le monde, c’est facile ! Vous avez fait le plus dur.

Il faut maintenant formuler une action concrète qui pourrait convenir à tout le monde, et la proposer.

Qu’est ce que ça a donné dans mon exemple ? Il faut une solution qui réunisse les besoins de jeu, de contact et en même temps de repos.

Il y a plein de solutions qui relèvent du concret :

  • Jouer à un jeu calme à l’intérieur
  • Alterner temps de repos et jeu. C’est une proposition qui marche très souvent, en particulier avec les enfants. En effet, vous leur expliquez que vous avez besoin de calme. Vous leur dites ensuite que vous aimez jouer avec eux, mais que vous avez besoin de vous reposer. Dites leur ensuite que si vous ne pouvez pas satifaire ce besoin de repos, vous serez forcément irrité. Qu’on donc intérêt à faire les enfants ? Vous laisser vous reposer puis jouer après, car dans le cas contraire ils devraient jouer avec quelqu’un d’irrité, ce qui n’est drôle pour personne.

Nous avons donc trouvé des solutions de Communication Non Violente qui pourraient convenir à tout le monde !

Il ne manque plus qu’une chose : les proposer.

Proposer les solutions

Nos demandes doivent être négociables.

Pour expliquer cela, reprenons mon exemple (mais cela marche pour tous les cas). Comme mes parents m’ont demandé mon avis, et que j’ai dit que j’étais d’accord, je me sentais responsabilisé et j’ai eu le droit de choisir. J’ai donc bien compris la solution et veut bien prendre un peu sur moi (c’est à dire ne pas sauter sur mes parents pour jouer) pour pouvoir ensuite jouer.

Imaginez maintenant si mes parents m’avaient imposé leur solution, sans me demander mon avis. J’aurais plus facilement cédé à la tentation de sauter sur mes parents, car je n’ai pas choisi et me sentais donc moins impliqué dans l’accord.

Il est donc très important que vous proposiez votre solution (et laissez donc la possibilité aux autres de l’accepter ou pas), et non que vous l’imposiez.

Mes parents ont donc grâce à cette méthode compris mon besoin de jeu. J’ai compris leur besoin de calme (je vous assure qu’un enfant n’imagine même pas que le besoin de calme puisse exister si on ne le lui dit pas 😉). Et nous avons donc trouvé une solution qui convient à tout le monde. Depuis, nous avons réutilisé plusieurs fois la Communication Non Violente, et n’avons plus jamais utilisé la force, ni la voix !

Conclusion

La Communication Non Violente est donc une méthode vraiment très efficace qui peut être utilisée dans toutes les situations pour gérer une situation difficile, un désaccord, arriver à bien communiquer avec les autres ou encore améliorer nos relations humaines. La méthode se déroule donc en 4 étapes : Observation, Sentiments, Besoins et Solution. Dialoguer et mieux communiquer est la clé pour un monde meilleur !

Nous avons pu appliquer cette solution facilement dans ma famille car personne ne trouvait cela bizarre (des parents et des enfants qui règlent un conflit avec une méthode, c’est assez normal). Evidemment, dans la vie de tous les jours et du travail, appliquer cette méthode n’est pas aussi simple. Vous devrez réutiliser le principe de la Communication Non Violente, mais ne pas montrer que c’est une méthode que vous appliquez. Libre à vous de trouver la forme, pourvu que vous arriviez à trouver les sentiments, les besoins puis les solutions !

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez suivre une formation communication non violente, comme celle qu’ont suivi mes parents. Il en existe beaucoup, et il y en a sûrement une près de chez vous !

J’espère que cet article vous a aidé et va vous aider à résoudre des conflits ! Si c’est le cas, mettez moi ça dans les commentaires, ça m’intéresse ! Si vous avez aimé cet article ou que vous avec une question, vous pouvez aussi mettre un commentaire !

Félicitaitons, en lisant des articles sur le développement personnel, vous progressez et améliorez votre vie de tous les jours. Vous êtes en train d’avancer sur le long chemin du Bonheur, félicitations !

2 réflexions sur “Communication Non Violente : l’art de résoudre des conflits en trouvant des solutions gagnant/gagnant (la méthode en 4 étapes)<span class="wtr-time-wrap after-title"><span class="wtr-time-number">12</span> min read</span>”

Merci pour votre retour ! - Je vous réponds en moins de 24h à toutes vos questions !